La perturbation de l'homéostasie du microbiote intestinal a été associée à de nombreuses maladies et à une réponse inflammatoire disproportionnée. La réponse inflammatoire humaine conduit à une surproduction de NO dans l'intestin. Dans une étude parue dans mSystems, les chercheurs ont montré que l’exposition répétée au NO a modifié des paramètres physicochimiques, le profil de fermentation, la production de gaz et le métabolisme. Mais les chercheurs ont également montré que l'oxyde nitrique a un impact sur la diversité et les fonctionnalités du microbiote intestinal humain. Le NO pourrait déplacer, au fil du temps, la chaîne trophique vers des conditions défavorables aux processus microbiens anaérobies stricts, ce qui implique qu'une inflammation prolongée ou incontrôlée a des conséquences néfastes et irréversibles sur le microbiome humain.

Ce travail montre que le NO peut participer au cercle vicieux de l'inflammation, entraînant des conséquences néfastes et irréversibles sur la santé humaine.

Image
Schéma