Equipe(s)

Agence de moyen

Titre du projet
Rôle des interactions plantes-microbiotes dans l’adaptation d’un insecte ravageur à son hôte
Nom de l'appel d'offre
AMI 2019 Holoflux - lettre d'intention
Coordinateur.trice
C. Mougel (IGEPP, Rennes)
Participants de MaIAGE
V. Loux, O. Rué
Partenaires (hors MaIAGE)
IGEPP (Rennes), GenoSol (Dijon)
Année de démarrage - Année de fin de projet
2020-2021
Date de fin du projet
Résumé
L’attaque d’une plante cultivée par un ravageur racinaire implique l’interaction entre deux holobiontes : la plante et le microbiote de sa rhizosphère d’une part, le ravageur et son microbiote intestinal d’autre part. Ces deux entités, habituellement considérées comme distinctes, ont en réalité une partie commune car les microorganismes de la rhizosphère de la plante, nécessairement co-adaptés à ses substances de défense, sont aussi les plus susceptibles d’être recrutés pour faire partie du microbiote intestinal du ravageur, précisément du fait de leurs capacités détoxifiantes. Nous proposons donc de déterminer l’origine environnementale et l’héritabilité maternelle du microbiote intestinal d’un ravageur racinaires et de mesurer l’impact de ce recrutement sur la fitness du ravageur. Pour cela, nous suivrons par séquençage massif la dynamique du microbiote intestinal du ravageur (la mouche du chou Delia radicum) tout au long de son cycle de vie en parallèle de la dynamique de la communauté de la rhizosphère de trois brassicacea ayant des niveaux de résistance à l’insecte variable. Dans une seconde étape plus fonctionnelle nous analyserons les métabolites secondaires des Brassicacea, quantifierons le gène de détoxification saxA dans les différents compartiments et produirons des données métagénomique/métatranscriptomiques pour mieux comprendre les interactions entres la plante, le microbiote et l’insecte.
Année de soumission
2019